Theresa May vient d’annoncer des législatives en Grande Bretagne pour juin, laissant une possibilité aux travaillistes de reprendre la main. Mais en France, que seront les législatives en fonction du résultat du vote de dimanche.

Quatre prétendants pour des législatives radicalement différentes.

Non seulement le résultat de ce vote sera important pour les législatives mais, de plus, le score de Benoît Hamon permettra aussi d’envisager l’élection des députés de différentes manières.

Dans tous les cas de figures, on peut poser comme base que quelques dizaines de députés seront élus ou réélus sur les listes de l’UMP et du PS.

Hypothèse 1 : victoire de Marine Le Pen

On peut éliminer rapidement cette hypothèse, aucun sondage ne la donne gagnante du second tour. Ceci étant, si cela arrivait, aurait-elle une majorité à l’assemblée?

Il est, avec la dynamique, probable que la candidate du Front National ait beaucoup de députés, mais elle n’aura certainement pas une majorité. On peut facilement imaginer une coalition entre les députés UMP et les députés FN qui tiendra plus ou moins bien pendant 5 ans.

Hypothèse 2 : victoire de François Fillon

On le croyait éliminé d’office, même dans son camp. Finalement, les dernières mesures lui donnent une capacité de victoire non négligeable.

Aurait-il une majorité à l’Assemblée nationale ? Il est probable que oui, l’appareil de l’UMP se mettra à son service et on aura une assemblée bleue.

Hypothèse 3 : victoire d’Emmanuel Macron

Le dauphin désigné de François Hollande (selon ses détracteurs) devrait présenter des candidats d’En Marche aux législatives de juin.

Si Hamon fait moins de 10%, il n’aura aucune légitimité pour mener la campagne du PS et on peut donc s’attendre à ce que des accords soient passés entre Macron et Cambadélis permettant au président élu d’avoir une majorité.

En revanche, si Hamon mène la campagne à gauche, il est possible que Macron doive faire des alliances pour gouverner. En fonction des besoins, on peut supposer qu’il sera capable d’être en accord avec la droite pour ses mesures libérales et en accord avec les députés de gauche pour ses mesures sociales.

Hypothèse 4 : victoire de Jean-Luc Mélenchon

Qui aurait pu y croire il y a 3 mois ? Et pourtant, le candidat de la France Insoumise se voit ç l’Elysée, et il a raison.

Là aussi, le score de Benoît Hamon est important. Mais si Mélenchon est élu, il y a fort à parier que ce sera aux dépens du candidat du PS qui ferait donc un score plutôt faible.

On peut alors imaginer facilement que les Valssistes se sentiront légitimes pour impulser un virage à droite au PS.

Pas sûr, dans ces conditions que Mélenchon ait une majorité absolue à l’Assemblée.

Sauf si un accord entre le vainqueur et le perdant avait lieu, installant Hamon à Matignon ou à un ministère de premier rang. Le PS sera alors obligé de donner à gauche pour les investitures et, à l’automne, au congrès.

 

En tout cas, si Mélenchon gagne et que Hamon est dans son équipe d’une part et que, de l’autre, Corbyn et Schulz gagnent les législatives, respectivement en Grande-Bretagne et en Allemagne, la face de l’Europe pourrait changer de manière très sociale !