#PrayForBerlin est parmi les hashtags les plus utilisés aujourd’hui suite à ce triste évènement de lundi soir.

Nous n’avons pourtant pas constaté autant de compassion, de soutien pour les :

4 attentats et 47 morts de Mogadiscio qui ont eu lieu en 2016
7 attentats et 186 morts au Nigéria qui ont eu lieu en 2016

Ce ne sont que deux exemples, en 2016, plus de 100 attentats terroristes ont tué 2.300 personnes dans le monde dont 135 en Europe et 51 aux Etats-Unis. Mais aussi 1600 en Asie et Moyen-Orient et 500 en Afrique. (Source Wikipedia)

C’est un décompte macabre que nous faisons là, mais la médiatisation donne une valeur « publicitaire » aux attentats qui est liée à la nationalité des morts. Combien d’édition spéciale pour les attentats en Somalie ou au Nigeria ou au Yemen ? Aucune ou presque. Combien pour Nice et Berlin ? Impossible de répondre, c’était en continu. Ce sont pourtant les mêmes fanatiques qui attaquent, et les mêmes humains qui meurent.

Et, allons un peu plus loin, combien d’édition spéciale pour cet attentat contre l’humanité qui tue chaque jour 8.500 enfants de moins de 5 ans (Source Programme Alimentaire Mondial – ONU). La moitié des enfants des causes de décès d’enfants, c’est la faim. Alors qu’il suffirait de 250 milliards d’euros pour éradiquer la faim dans le monde. (Source FAO via RTBF). Le PIB du monde en 2015 est de 74.000 milliards de dollars. 0.4% de ce PIB éliminerait le problème.

Pourquoi mélanger la faim et le terrorisme ?

On pourrait nous accuser de mettre des chiffres en face de morts pour attirer le chaland. Alors pourquoi mélanger #PrayForBerlin et #FaimDansLeMonde ?

Parce que si personne n’avait faim, le terreau des fanatiques serait bien moins fertile. Parce que les recrues de l’intégrisme se font chez les personnes qui sont désespérées. Et quoi de plus désespérant que de voir ses enfants mourir de faim ?

 

 

Crédit Photo : Wikipedia