En mai 2013, après 7 ans de difficultés, Céline Boussié dénonce auprès de l’ARS du Gers (Agence régionale de santé) les maltraitances et dysfonctionnements qu’elle a constatés dans un IME (Institut médico éducatif).

Un IME est un établissement accueillant des mineurs (jusqu’à 20 ans) handicapés mentalement. Le cadre institutionnel des IME est défini par le code de l’action sociale et des familles qui doit garantir le droit des enfants et adolescents en situation de handicap mental.

Céline Boussié était donc salariée de l’IME de Moussaron lorsqu’elle a lancé cette alerte qui est remontée rapidement auprès de l’ARS de Midi-Pyrénées. Ce dernier établira un rapport en novembre 2013 confirmant les constatations de Céline Boussié.

Le financement des IME relevant de l’Assurance Maladie, c’est la ministre des personnes handicapées qui porte alors plainte contre X en mars 2014. Des familles portent aussi plainte mais, en avril 2015, le procureur de la République d’Auch, dans le Gers, classe toutes les plaintes sauf celle d’une famille.

De fait, côté justice, il n’y a pas de harcèlement moral ou d’enrichissement personnel et aucune preuve de maltraitance n’a pu être établie. Le procureur reconnaît cependant que la structure est inadaptée aux enfants.

Comment peut-on considérer comme normal qu’une structure dont l’objectif est justement d’être adaptée aux enfants en situation de handicap soit « inadaptée » et classer ces affaires ?

La situation serait donc apaisée à cette date, toujours selon le procureur.

Pourtant, l’association Handi’Gnez vous ! créée et présidée par Céline Boussié est aujourd’hui poursuivie par l’équipe actuelle de l’IME pour diffamation basée sur des interviews comme celle de LCI ci-dessous :

Le 13 janvier 2017, à 9 heures, Céline Boussié est donc convoquée au tribunal de Toulouse et une pétition appelle à la soutenir : Pétition change

Le cas des lanceurs d’alerte

En dehors des situations de maltraitance dénoncées, le problème qui subsiste est la situation que vivent les lanceurs d’alerte de manière générale et plus particulièrement ceux liés au secteur social. Un lanceur d’alerte n’est aujourd’hui pas traité humainement. Ces belles personnes sont financièrement, mentalement, humainement épuisées par les harcèlements provoqués, bien souvent, par ceux-là même qu’elles dénoncent. Céline Boussié en fait partie, au même titre que Raphaël Halet et Antoine Deltour pour LuxLeaks ou pour Stéphanie Gibaud dans l’affaire UBS. On citera aussi Hervé Falciani avec HSBC, Denis Robert avec Clearstream …

En ces temps de campagne présidentielle, il est important que les candidats se prononcent comme a pu le faire, par exemple, Jean-Luc Mélenchon :

 

Crédit photo : instantané vidéo LCI