Alors qu’il a toujours dit qu’il était favorable au CETA, le président français a dernièrement relativisé ce soutien. Pendant ce temps, Paul Magnette va faire une visite au Canada.

Le nouveau président français entend ne pas être aveuglément pro-CETA. Il l’a prouvé en proposant, pendant la campagne, de nommer une commission de scientifiques chargés d’évaluer l’impact de l’accord commercial entre l’Europe et le Canada. Cette commission sera notamment chargée d’examiner les parties concernant l’agriculture et la souveraineté juridique.

Emmanuel Macron avait dit avoir entendu les craintes et doutes des français et il s’est autorisé à remettre en cause les termes de l’accord si le rapport de la commission était négatif. Il a d’ailleurs reconnu que l’accord avait été conclu en dehors des processus démocratiques.

On ne peut alors que lui conseiller de rencontrer Paul Magnette.

Pendant ce temps, donc, le Ministre-Président de la Wallonie prévoit de se rendre au Canada.

On connaît son rôle dans une certaine amélioration, même si elle n’est pas vraiment probante, des textes. Nous en avons longuement parlé sur newsdegauche.fr. Paul Magnette est invité par le Conseil des Relations Internationales de Montréal début juin.

Il y donnera une conférence sur l’utilité de la politique commerciale européenne.

Il est aussi invité au centre de conférence Jean Monnet Centre Montréal ou, ici, la conférence qu’il donnera sera plus axée sur les moyens d’éviter la désintégration de l’Union Européenne.

Enfin, il devrait rencontrer le Premier Ministre québecois Philippe Couillard. On se souvient que celui-ci avait remercié Paul Magnette en octobre dernier pour son action dans l’amélioration du traité.

Le Ceta est meilleur, je remercie la Wallonie avait-il alors annoncé.