Brisons la Loi du Silence : Soutien aux salariées de la maison de retraite « KORIAN les
parents »

Ghandi disait « On ne juge une société à la façon dont elle prend en charge ses plus vulnérables ». Que devrions-nous alors penser de la France, Pays de droits de l’Homme ,quand nous faisons le triste constat des scandales à répétition, brisant ainsi l’omerta et le mur du silence qui règnent dans ce secteur , concernant la prise en charge et l’accompagnement indignes et dégradants de nos aînés et des Personnes en situation de handicap, tout handicap confondu ?
Pourtant le code pénal prévoit d’une part, une sanction en cas de non dénonciation de crime et d’autre part, une protection des salariés témoignant de « mauvais traitement ou privation infligée à une personne accueillie », protection en réalité jamais appliquée.
Sur le terrain le constat est implacable. Les Lanceurs d’alerte sont traités comme de véritables criminels et ceux qui sont coupables de traitement indignes et dégradants sont blanchis, n’incitant pas les professionnels à dénoncer, au vu du « suicide » professionnel, moral, financier, familial et social qu’entraîne l’alerte et que le système contribue à entretenir sachant les pressions exercées (harcèlement moral, licenciement, menaces, procès en diffamation … ) et ce, au détriment des usagers et de leur famille.
C’est le cas aujourd’hui pour les salariées de la maison de retraite « Korian Les Parents » de Marseille, qui ont été licenciées et poursuivies pour avoir eu le courage d’alerter l’administration et leur direction avec leur syndicat, et de témoigner sur les conditions de travail des salariés et la prise en charge des résidents.
Les Associations Handi’Gnez-Vous !, Parents en Colère 77 !, Dys-Solutions-France 47, Odyssées Citoyennes, le Collectif des Lanceurs d’alerte, le Comite de soutien à Céline Boussié appellent à la mobilisation et apportent tout leur soutien à ces professionnelles qui n’ont fait qu’exercer leur devoir.
Une délégation sera présente le 17 Janvier 2017 à 9 Heures devant le commissariat du 8e arrondissement, 69 avenue d’Haïfa à Marseille.
Face à ces situations dramatiques (Pas de Calais, Isère, Auvergne, Manche, Gers, Bouche du Rhône, Pyrénées Atlantique …) nous demandons :

  • une enquête nationale efficace d’urgence au sujet de la maltraitance des personnes vulnérables et en situation de handicap dans les établissements français, de renforcer et mettre en œuvre des contrôles efficaces et inopinés, avec sanctions de ceux qui ne respecteraient pas le cadre législatif.
  • une réelle protection des Lanceurs d’alerte et des Vigies Citoyennes qui ont eu le courage de dénoncer les dérives d’un système défaillant.

Enfin, nous rappelons dans ce contexte explosif que depuis le 1 er janvier 2017 la loi exige les signalements, décret (N°2016-1813) qui stipule que « tous les établissements et services sociaux et médico-sociaux sont désormais dans l’obligation de signaler tout dysfonctionnement grave ou événement ayant pour effet de menacer ou de compromettre la santé, la sécurité ou le bien-être des personnes prises en charge ».
Nous aimerions cependant savoir quelles sanctions pénales seront réservées et appliquées en cas de non respect dudit décret.
Pour terminer, à l’aube des élections présidentielles, nous aimerions rappeler aux futurs candidats et à l’ensemble de la classe politique Française, que la Citoyenneté pleine et entière n’est pas à géométrie variable, elle s’applique de Droit à tous citoyens.
Appliquer ces droits rendrait hommage à notre Pays, celui des Droits de l’Homme.
Contact Presse :

La Personne en charge du dossier : Madame Virginie Cassignol : Secrétaire Générale Adjointe de
l’UL CGT Marseille SUD : 06 80 71 13 76
Pour les Associations, le Collectif des Lanceurs d’Alerte et le Comité de Soutien : Madame Céline
Boussié. Présidente de l’Association Handi’Gnez-Vous et membre du Collectif des Lanceurs
d’Alerte : 07 71 24 34 85.

Crédit photo : blog de la CGT Korian