Il y a un énorme déséquilibre commercial entre l’Allemagne et les Etats-Unis. Paul Krugman a du l’expliquer à son président dans son dernier billet de blog du NY Times

Paul Krugman : Le tweet de Trump sur le commerce germano-américain a été, il va sans dire, profondément stupide et destructeur. Le président ne comprend évidemment pas comment l’Union Européenne fonctionne : c’est une union douanière, donc il n’existe pas de politique commerciale bilatérale. Il pense également que les équilibres commerciaux bilatéraux sont le critère de l’équité, ce qui est faux. Plus ennuyeux, il y a un véritable problème derrière tout cela: l’excès global excessif de l’Allemagne, conséquence d’une dépense insuffisante et d’une relance après la crise de l’euro. Mais insulter un allié clé sur des motifs évidemment fallacieux n’est pas un moyen d’améliorer ce problème.

Le fait est que l’Allemagne a effectivement un excédent bilatéral énorme avec les États-Unis : elle exporte environ 2,5 fois plus que les US vendent en retour. Pourquoi?

Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de littérature économique sur les causes des déséquilibres commerciaux bilatéraux. Davis et Weinstein (DW) ont eu un bon examen empirique, qui a conclu que les explications standard n’avaient pas expliqué grand chose : il y avait globalement beaucoup plus de déséquilibre dans le monde qu’il ne devrait. Pourtant, je pense qu’il serait intéressant  de nous demander ce que nous pouvons dire sur les raisons de ce déséquilibre particulier.

Comme le dit DW, une des théorie des déséquilibres est macroéconomique : les pays qui économisent plus qu’ils n’investissent géreront des excédents, les pays qui investissent plus qu’ils n’épargnent géreront des déficits. Alors lorsqu’un grand épargnant négocie avec un gros acheteur, de grands déséquilibres sont à prévoir . Et cela fait certainement partie de l’histoire.

Mais pas tout. Dans l’ensemble, l’Allemagne exporte environ 25 pour cent de plus qu’elle importe, l’Amérique importe environ 50 pour cent de plus qu’elle n’exporte. Le déséquilibre bilatéral est beaucoup plus grand que l’un ou l’autre.

L’autre histoire que DW nous raconte, concerne le «commerce triangulaire». Voici un exemple : pensez à un monde contenant trois pays, Spendthriftia, Austeria et Petrostan. Les deux premiers vendent principalement des produits manufacturés, qui sont des produits différenciés, de sorte qu’il y a beaucoup de commerce bidirectionnel. Le troisième vend des matières premières, qu’il commercialise pour les fabricants. Cependant, Spendthriftia produit également beaucoup de matières premières, par exemple par fracture hydraulique, ce qui la rend relativement moins dépendante des importations.

Ce que nous espérons voir ici, même si le commerce global de chaque pays était équilibré, constituerait un modèle de déséquilibres bilatéraux: Austéria ayant un déficit avec Petrostan, Spendthriftia ayant des excédents avec Petrostan, mais Austeria ayant enregistré un excédent avec Spendthriftia. Maintenant, pensez à cet effet superposé aux déséquilibres macroéconomiques, et vous obtenez quelque chose qui ressemble plus à l’histoire bilatérale réelle entre les États-Unis et l’Allemagne.

Mais il y a plus. Je soupçonne qu’une partie du déséquilibre bilatéral entre les États-Unis et l’Allemagne est une illusion d’optique, provoquée par un transbordement. Si vous regardez un peu plus les données commerciales américaines, vous trouvez que nous faisons beaucoup de commerce avec les Pays-Bas, et nous avons un énorme excédent. C’est pareil avec la Belgique. Certes, cela inclut les exportations américaines déchargées à Rotterdam ou à Anvers puis expédiées vers d’autres destinations de l’UE, y compris l’Allemagne. Je ne suis pas sûr de savoir pourquoi les exportations allemandes vers les États-Unis ne suivent pas la même route. Si quelqu’un a une idée…

[On m’a proposé 2 facteurs : un problème technique impliquant le calendrier de la collecte de la TVA et l’avantage d’envoyer certains conteneurs américains à une seule destination européenne, généralement Rotterdam, puis se séparer pour différents sites européens. Un envoi correspondant aux États-Unis n’augmenterait pas les mêmes problèmes statistiques.]

Encore une fois, la pertinence de la politique est fondamentalement nulle. Mais il pourrait être judicieux de faire plus de recherches sur les déséquilibres commerciaux bilatéraux, ne serait-ce que pour rendre les tweets Trump plus clairs.

Traduction et adaptation de l’article du blog de Krugman sur le NY Times

Crédit photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/User:Prolineserver