15.000 selon les organisateurs (le mouvement En Marche !), probablement plus proche de 10.000, c’est quand même trois fois plus que le meeting de la Belle Alliance Populaire du mois d’octobre.

La Porte de Versailles recevait donc samedi 10 décembre les soutiens d’Emmanuel Macron qui a égrené les recettes de son programme qu’il compte nous préparer d’ici au premier tour de l’élection présidentielle. Son très long discours (1h45) s’est terminé avec une voix dont on sentait les cordes vocales fatiguées sur un « Vive la république, vive la France » applaudi debout.

On comprend mieux pour quoi Jean-Christophe Cambadélis fait les yeux doux à l’ancien ministre de l’économie. En effet, Emmanuel Macron est crédité de 11 à 15% dans les sondages, au coude à coude avec Jean-Luc Mélenchon, loin derrière le vainqueur, quel qu’il soit, de la primaire du PS.

Et ce n’est pas la récente déclaration de candidature de Vincent Peillon qui changera profondément la donne.

Aujourd’hui, sur Radio Classique, Aurélie Filipetti, l’ancienne ministre de la Culture, soutien d’Arnaud Montebourg a considéré la campagne de M. Macron comme celle du grand capitalisme financier.

« Emmanuel Macron a payé un meeting 400 000 euros … aucun candidat à la primaire de la gauche … n’aurait pu se payer un tel meeting »

Crédit photo : Wikipedia licence CC BY-SA 3.0 fr