En politique ou en people, en France ou aux Etats-Unis, les fake news ou fausses nouvelles sont nombreuses ces derniers temps.

Définition : une fake news, c’est une fausse information. Ca peut être humoristique, le Gorafi ou Nordpresse en sont les spécialistes ou ça peut être insidieux et là, c’est la fachosphère qui en est la principale pourvoyeuse.

Dans le premier cas, les sites sont de plus en plus connus et, normalement, indiquent quelque part en première page qu’ils sont des sites humoristiques ou satiriques. Dans le second cas, le but étant d’induire en erreur, voire de nuire, il est plus difficile de s’en rendre compte au premier abord. La solution reste de toujours douter d’une information  dont la source n’est pas sûre. Une copie d’écran d’un tweet n’est pas une preuve que celui-ci a existé. Il y a même aujourd’hui des logiciels qui permettent de générer de faux tweets ou de fausses conversations Facebook très facilement.

Autre possibilité si vous n’êtes pas sûr d’une information, les sites de lutte contre les canulars. Hoaxbuster pour les canulars principaux et les Debunkers de hoax pour les canulars de la fachosphère.

Mais en général quand une pseudo-information a l’air en même temps « tellement réelle » et « si honteuse », vérifiez par tous les moyens possibles avant de relayer quoi que ce soit. Car le problème est que toute rumeur relayée finit par être plus importante que les démentis.

Quelques exemples récents :

Vanessa Burggraf qui accuse Najat Valaud Belkacem d’avoir réformé l’orthographe (ce n’est pas la mission de l’Education Nationale) dans ONPC de ce samedi 20/05 :

Marine Le Pen qui essaie de faire croire au compte offshore d’Emmanuel Macronlors du débat télévisé entre deux tours.

Marion Maréchal Le Pen qui dément avoir voulu enlever le nom « Le Pen » de son patronyme.

Et tant d’autres, la Rolex de Lélenchon, le « Ali Juppé », l’homosexualité de Macron, tout y est passé.

Qui diffuse ces informations ?

La fachosphère en premier lieu, leur objectif est de décrédibiliser tous ceux qui ne sont pas en accord avec leur idéologie (et ils sont nombreux). Mais il y a aussi des coups bas entre candidats. Quand on analyse les parcours de ces fake news, on voit facilement les relais sociaux qui jouent. Qui ne s’est pas interrogé sur les origines de fake news sur Juppé attribuées aux équipes de Sarkozy ?

Encore une fois, si vous avez un doute sur une information qui vous semble extravagante ou simplement scandaleuse, recherchez en la source.