Pour certains, c’est sûr, il va se désister au profit de Juppé. Mais, outre le fait que rien n’est moins sûr (voir notre article à ce sujet), que risque-t-il de se passer ?

Reprenons les dernières estimations :

  • Le Pen : 24 à 26 %
  • Macron : 20 à 24 %
  • Fillon : 20 %
  • Mélenchon : 11 à 16 %
  • Hamon : 14 %

Dans l’état actuel des choses, les inconnues (hors Fillon) sont :

  1. La justice et Le Pen
  2. La bulle Macron
  3. Le rassemblement de Hamon et Mélenchon

1 – La justice et Le Pen

Tout s’accélère autour de Mme Le Pen, mises en examen, levée d’immunité parlementaire, la tourmente judiciaire se rapproche. Pour l’instant, c’est elle qui profite le plus du #PenelopeGate si l’on en croit les estimations.

Mais si Fillon finit par se désister, les zooms vont venir la retrouver et son entourage pourra toujours crier à l’assassinat politique, ça risque d’être difficile. Alors que si le candidat LR résiste, elle pourra bénéficier d’une sorte de bouclier médiatique et conserver sa position jusqu’au 7 mai, date du second tour.

2 – La bulle Macron

Macron, c’est le centre. En l’absence d’autres candidats puisque le Centre (UDI, NC) sont ralliés à Fillon et que Bayrou s’est rallié à lui, Macron représente donc, seul, le centre, gauche et droit.

Son programme est d’ailleurs à ce niveau, un peu de droite, un peu de gauche, un peu des deux. Du coup, les électeurs du centre droit qui ne peuvent pas voter Fillon l’ont rejoint. Ceux du centre gauche qui ne supportent pas le programme de Hamon ont fait de même.

Programme de Macron : Gauche ou Droite ?

Or, si Juppé revient après avoir vu Fillon se désister, Macron perdra une partie de ses électeurs de centre droit. Juppé est d’ailleurs crédité de scores assez larges dans les sondages. Considérons cependant ces sondages comme peu crédibles tant que rien ne s’est passé. On sait que certains électeurs de Fillon préféreront Le Pen à Juppé en cas de départ de leur champion.

On peut supposer que Macron perdra des places et pourrait se retrouver à un score équivalent à celui de Juppé.

Et puis Macron, c’est une bulle. Dans la majorité des cas, elle éclate. Et cet éclatement pourrait venir d’un rassemblement à gauche.

Le rassemblement de Hamon et Mélenchon

C’est toujours l’inconnue. Les deux hommes se disent toujours en opposition, tous les deux candidats. Il n’en reste pas moins que cela reste un suicide. Combien d’électeurs de gauche ne leur pardonneraient pas des candidatures séparées et perdantes : le 7 mai autant qu’en juin, aux législatives ?

Combien d’électeurs préféreront aller voter Macron pour être sûr de ne pas avoir Juppé ? Car la question se pose déjà pour Fillon. A son niveau actuel, le vote utile est peu nécessaire mais si Macron et Juppé sont coudes à coudes, le spectre de ce vote reviendra. Et entre un programme Juppé, de droite modérée mais qui aura du faire des concessions à Fillon pour reprendre le flambeau et un programme Macron, un peu moins de droite, la question se posera dans l’isoloir.

Quoiqu’en disent ses détracteurs, le rassemblement à gauche, ça fera de toutes façons plus que deux candidatures isolées. Les scores s’additionneront, il y aura des pertes parmi les inconditionnels, mais il y aura des gains parmi les indécis.

Mais pour répondre à la question : qui a intérêt à un éventuel désistement ?

On l’a vu, Macron y perdrait forcément sa place de favori. Il a donc intérêt à voir le candidat LR se maintenir.

Même chose pour Marine Le Pen qui perdrait son bouclier médiatique et judiciaire.

En revanche, du côté gauche, un rassemblement porterait le candidat unique (Hamon, Mélenchon ou un-e remplaçant-e consensuel-le) à environ 25% et l’assurant de sa victoire quasi certaine.

Quasi certaine car on ne sait pas exactement ce qui pourrait se passer si Juppé se déclarait après avoir vu Fillon se désister.

Voire même, situation incroyable dans cet ouragan politique, voir un duel gauche droite au second tour.

Ce serait original, non ?