5.4 millions d’emplois publics en France. Les uns veulent en supprimer 500.000, les autres veulent créer des postes.

Selon le rapport annuel de la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique paru fin 2016, il y avait, fin 2014, 5448000 emplois publics en France et 192000 bénéficiaires de contrats de droit privé travaillant dans les administrations.

La fonction publique, elle-même, est l’employeur de 20% de l’ensemble des salariés en France. Environ 5% de ceux-ci sont des contrats aidés ou pas dans des organismes privés à financement public ou des organismes public et 75% sont les emplois privés.

Ces 5.4 millions de personnes représentent 5.07 millions de temps plein répartis de la manière suivante :

  • 2.28 millions dans la fonction publique d’état (45%)
  • 1.71 millions dans les territoires (34%)
  • 1.07 millions dans les hôpitaux (21%)

L’évolution des effectifs en 10 ans, de 2004 à 2014

fonctionnaires

Les effectifs ont ainsi très peu évolué en 10 ans avec une moyenne globale de +0.4% dont la majorité dans la fonction publique territoriale et hospitalière

En supprimant le remplacement des fonctionnaires qui partent en retraite, la réduction peut être rapide.

En effet, l’âge moyen des fonctionnaires est généralement plus élevé que dans le privé (43 ans contre 41) et il augmente. En 2014, un tiers des agents publics ont plus de 50 ans alors que moins de 15% ont moins de 30 ans. C’est aussi dans les catégories supérieures (A+) que l’on trouve, logiquement, plus de personnes âgées de 50 ans et plus (46%).

En ne remplaçant pas les fonctionnaires qui partent à la retraite, on réduit ainsi problématiquement les compétences de la fonction publique. Les corps d’inspecteurs (impôts, travail, répression des fraudes) de catégorie A et A+ par exemple seront de facto les plus touchés alors qu’ils sont déjà en effectif trop faible.

Retraite fonctionnaires

On voit, de plus, à part pour les militaires, un âge moyen de départ à la retraite de plus en plus élevé contredisant la rumeur populaire qui veut que les fonctionnaires soient privilégiés et partent plus tôt en retraite. Même en fonction publique hospitalière, l’âge moyen reste autour de 60 ans.

Comparaison avec les autres pays européens

En 2011, le gouvernement a pu regrouper les données des pays européens en nombre de fonctionnaires. Par exemple,alors que la France a environ 77 fonctionnaires pour 1000 habitants.

  • Allemagne : 61 fonctionnaires pour 1000 habitants
  • Belgique : 80
  • Autriche : 42
  • Espagne : 57
  • Danemark : 146
  • Finlande : 130
  • Suède : 124
  • Luxembourg : 47

Ces données sont très disparates et ne permettent pas de lier la taille, le PIB, le secteur ou le climat au nombre de fonctionnaires mais la France se trouve un peu au dessus de la moyenne européenne même si c’est elle qui a le plus de fonctionnaires, au total en nombre brut.

Conclusion

Certains think-tank suivis par les candidats de droite voient dans la fonction publique un moyen important de réduire le budget de l’état. Cela leur permet probablement d’éviter de parler des vrais leviers d’action que seraient par exemple la lutte contre la fraude fiscale ou les paradis fiscaux, bien plus générateurs d’économies que la réduction du nombre de fonctionnaires.

Réduire de 500.000 le nombre de fonctionnaires, en 5 ans pour M. Fillon, ce serait réduire de manière dangereuse l’efficacité de l’état pour un gain hypothétique de 15 milliards d’euros. Hypothétique car, toujours selon M. Fillon, il faudrait faire travailler 39 heures les fonctionnaires. Ne rêvons pas, ce ne sera pas possible sans payer ces 4 heures supplémentaires pour les 5 millions de fonctionnaires restants. Ce sont déjà 10 milliards de perdus sur les 15 milliards souhaités. Et la perte de productivité, le recrutement de salariés privés ou la contractualisation des fonctions supprimées devrait, à terme, coûter bien plus cher à l’état.