Dans les années 1990, les parisiens découvraient que Mme Tibéri profitait d’emplois fictifs.

Demandant l’exemplarité devant les milliers d’adhérents du RPR, le député François Fillon disait vouloir faire respecter la règle et exclure M. Tibéri du parti du président de l’époque, Jacques Chirac.

Lors du procès du président du conseil général de l’Essonne, Xavier Dugoin affirmait avoir fait bénéficier d’emplois fictifs Xavière Tibéri, épouse du maire de Paris.

Même si les poursuites contre Mme Tibéri ont finalement été abandonnée pour vice de forme en 2001, François Fillon n’avait pas hésité à affirmer à propos de ces emplois fictifs :

Cette affaire est devenue une affaire politique nationale qui est en train d’empoisonner la vie du RPR. Moi, je ne veux plus que les militants du Rassemblement aient honte de leur mouvement. Je veux que la commission d’éthique du RPR soit réunie et qu’elle statue. Les élus du Rassemblement doivent être exemplaires.

 

Une résolution qu’il a peut-être du mal à s’appliquer à lui-même.

Crédit vidéo : ina.fr