Malgré les recours divers et les demandes de l’Europe, Ledell Lee a été exécuté ce matin. Le condamné à mort de 51 ans n’a fait aucune déclaration avant l’injection létale.

Nous en parlions il y a quelques jours, le gouverneur de l’Arkansas avait planifié huit exécutions au mois d’avril. Grâce à de nombreuses actions et recours, on aurait pu espérer un délai. Malheureusement pour Ledell Lee, cela n’aura pas suffit.

Condamné pour meurtre

Ledell Lee a été condamné à la peine capitale pour le meurtre de Debre Reese il y a plus de 20 ans. Il a été exécuté à 23h44 et déclaré décédé à 23h56, heure locale.

L’espoir a pourtant perduré jusqu’au bout puisque la cour suprême avait pratiquement annulé l’exécution avant de décider à 5 voix contre 4 de laisser la décision finale à l’état d’Arkansas.

Malgré l’état intellectuel limité du condamné, la cour n’avait pas permis de faire des examens d’ADN. L’une des avocates de Ledell Lee ayant déclaré :

Bien que l’on puisse être en désaccord sur la question de savoir si la mort est une forme de punition appropriée, personne ne devrait être exécuté lorsqu’il existe une possibilité que cette personne soit innocente

Injections létales

Ledell Lee a donc reçu une injection de Midazolam pour le rendre inconscient, puis de Bromure de vecuronium pour arrêter sa respiration et enfin de chlorure de potassium pour arrêter le cœur.

Déclaration du porte parole du gouverneur Hutchinson, JR Davis :

“It’s a moment of reflection, but at the end of the night, the right thing was done.”
C’est un moment de réflexion mais à la fin de la nuit la juste opération était faite.

 

Crédit photo : Benjamin Krain/The Arkansas Democrat-Gazette, via Associated Press