La représentation nationale est élue. Il est temps de faire les comptes. Grand gagnant financier La République En Marche, mais les insoumis ne sont pas en reste dans ce calcul.

 

Pour ce calcul, nous avons légèrement simplifié les données de la Commission Nationale des Comptes de Campagne pour retenir une valeur commune : 1,40 € par voix pour la première partie du financement.

En effet, cette valeur doit être minorée en fonction de la parité des candidats aux législatives. On sait déjà que Les Républicains auront moins que cette valeur, ils avaient en 2016 reçu environ 90 cents par votant.

Pour la seconde partie, les partis qui ont des élus à l’Assemblée Nationale ou au Sénat reçoivent 37.525 € par parlementaire et par an.

 

A noter : François Asselineau et son parti n’ont pas réussi à avoir les 1% minimum dans 50 circonscriptions. Pas de financement donc. Au contraire de Rama Yade et Antoine Waechter qui devraient en bénéficier.

Total avant législatives

0 €

Total après législatives

20.505.477 €

Grand gagnant des élections, la République en marche passe de 0 à 20 millions de financement. Il faudra probablement y rajouter les futurs sénateurs au mois de septembre

Total avant législatives

24.883.928 €

Total après législatives

7.538.398 €

La grande culbute pour le PS. En perdant 17 millions par an, la catastrophe est de 85 millions sur le quinquennat. Une cure d’austérité semble irrémédiable.

Total avant législatives

18.511.172 €

Total après législatives

13.633.548 €

Du fait du non respect de la parité, le financement des Républicains devraient être en dessous de 12 millions d’euros par an. On aurait donc une perte de 5 à 7 millions d’euros par an. Avec la dette héritée de Sarkozy, c’est une mauvaise nouvelle pour le parti.

Total avant législatives

4.921.595 €

Total après législatives

4.561.886 €

Même s’il gagne des députés, le FN perd un peu de financement car il a beaucoup moins d’électeurs qu’en 2012 (3.5 millions contre 2.99 millions en 2017).

Total avant législatives

3.136.865 €

Total après législatives

1.663.138 €

Pour EELV aussi, la chute est conséquente. Son financement est divisé par 2, sur 5 ans, la perte représente près de 10 millions d’euros.

Notons qu’une petite partie de ce financement ira aux écolos du MEI de Waechter. On verra la répartition exacte à la publication détaillée des résultats.

Total avant législatives

2.866.933 €

Total après législatives

1.912.382 €

Chute moins grande que les alliés du PS, chez les « pseudo alliés » des insoumis, on perd 30% du financement. 4 millions d’euros manqueront à la formation communiste sur le quinquennat.

Total avant législatives

2.705.913 €

Total après législatives

2.688.265 €

Le seul parti à ne quasiment pas bouger. En restant aux alentours de 2.7 millions d’euros d’argent public, l’UDI sauve les meubles. Il gagne d’ailleurs 1 député de plus. On verra en septembre s’il conserve ses 30 sénateurs.

Total avant législatives

1.478.686 €

Total après législatives

786.760 €

Division par deux aussi pour le PRG. Les alliés historiques du Parti Socialiste le suivent dans sa chute et vont devoir se serrer la ceinture pour absorber plus de 3 millions de perte sur le quinquennat.

Total avant législatives

0 €

Total après législatives

4.134.596 €

Second grand gagnant de ces élections, le parti La France Insoumise récolte 4 millions d’euros d’argent public. Reste à savoir comment il va les gérer. En effet, les 500.000 insoumis ne sont pas adhérents du parti politique qui va recevoir cet argent. N’ayant pas pu avoir accès aux statuts du parti, nous ne savons pas non plus comment il est organisé, quels sont les dirigeants ni les instances de décision. Mais pour l’instant, aucun des insoumis n’a la voix au chapitre puisqu’ils ne sont pas membre de l’Assemblée Générale de l’association politique. A suivre de très près…

Total avant législatives

430.963 €

Total après législatives

484.163 €

Debout la France est aussi l’un des rares à sauver les meubles malgré sa campagne catastrophique. Nicolas Dupont Aignan sauve sa place de justesse et le parti pourra continuer avec un budget un peu meilleur si la parité est respectée.

Total avant législatives

0 €

Total après législatives

2.881.168 €

Le Modem n’avait rien, il est le troisième gagnant de ces élections. En s’associant avec la République en Marche, il fait le plein de députés (42) et de voix (932.227). Ainsi, il va bénéficier de près de 15 millions d’euros de financement sur 5 ans. De quoi rémunérer quelques assistants…

Total avant législatives

0 €

Total après législatives

473.294 €

Les régionalistes se sont constitués en fédération cette année. Ils se sont aussi associés « techniquement » avec Nouvelle Donne. Le bilan est positif puisque c’est plus de deux millions d’euros d’argent public qui vont tomber dans leur bourse. A se partager entre eux donc. Selon le vice président de Nouvelle Donne, le parti de Larrouturou pourrait toucher environ 40.000€ par an. Bien peu en regard de sa dette colossale.