Alors que le Président prend ses fonctions aujourd’hui et que le premier tour des législatives arrive dans tout juste 4 semaines, toutes les suppositions sont possibles. Vue d’ensemble …

 


 

Les prévisions basées sur le premier tour de la présidentielle

Selon le site gouvernemental data.gouv.fr, en se basant sur les résultats de la présidentielle 2012 et des législatives suivantes et en extrapolant en fonction de la présidentielle 2017, on peut estimer les résultats des législatives de 2017.

 

REM en tête au 1er tour

FN en tête au 1er tour

LR en tête au 1er tour

FI en tête au 1er tour

Dans les conditions données par le site, le PS associé à EELV n’arrive jamais en tête. Il est supposé aussi que le PC et la FI travaillent ensemble, ce qui est loin d’être validé.

Notons que si la gauche était unie (PS – PC – EELV – FI), celle-ci arriverait en tête dans 227 circonscriptions, le FN dans 167, EM 93 et LR 90. Là aussi, la réalité amène peu d’espoir.

Pour le second tour, environ 400 duels se présenteraient, 150 triangulaires, quelques quadrangulaires et quelques élus au 1er tour.

Au final, la projection à l’Assemblée Nationale donnerait une majorité écrasante à En Marche.

Résultat :

Le PS n’a plus qu’un député, le FN passe à 26 et la FI à 31. La seule opposition relative serait les Républicains avec 131 députés.
La majorité présidentielle occuperait ainsi 388 sièges, une majorité absolue donnant toute latitude au nouveau président d’aborder sereinement son quinquennat.


Autre analyse : les sondages

Prenons le dernier sondage Harris, il place REM en tête (avec le Modem) à 29% suivi des Républicains et du FN à 20%. La France Insoumise se retrouve à 14% et le PS à 7%, 10 s’ils s’allient avec EELV, ce qui est probable.

On se retrouve, somme toute, dans la logique de la Vème. La prime au vainqueur de la présidentielle se ressent surtout chez les électeurs de Mélenchon puisqu’il perdrait environ 5%.

Cela reste cohérent avec un autre sondage qui estime que 52% des français souhaitent que le président dispose d’une majorité pour travailler.

Mais ceci posé, ces pourcentages ne donnent pas un nombre de sièges puisque le scrutin est à deux tours, que potentiellement, le FN est capable de se maintenir dans un maximum de circonscriptions et qu’il y aura peu voire aucun report de voix tant les relations entre organisations sont tendues.

Dans ces conditions, il est aussi fort probable que Emmanuel Macron dispose d’un résultat de ces législatives très positif avec, sinon une majorité absolue, au moins une majorité relative.

Avec une majorité relative, son futur premier ministre pourra faire adopter les lois avec l’aide des députés de droite ou de gauche en fonction de leur orientation. Les députés de la France Insoumise et du FN jouant les trublions à chaque extrémité de l’hémicycle.