En pensant malgré tout à tous ceux qui sont dans le froid ou dans le trop chaud, dans le dénuement ou dans la guerre, journalistes dans les prisons des dictatures ou innocents dans les couloirs de la mort, tous ceux qui, en général, subissent une oppression au lieu d’être tout simplement libre!

On se retrouve l’année prochaine…