La campagne officielle a débuté le 10 avril. Le CSA rappelle donc aux médias le principe d’égalité de temps de parole.

Dans une infographie très claire, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel rappelle les règles à appliquer pour les temps de parole et les temps d’antenne des candidats, de leurs soutiens, de leurs sites et de leurs formations politiques.

temps de parole

Depuis le 10 avril, c’est ainsi la campagne officielle qui dicte les règles

Les médias sont donc tenus à une égalité stricte de temps de parole et de temps d’antenne.

C’est aussi le moment pour l’audiovisuel public de lancer la diffusion des clips de campagne officiels. Ces courtes vidéos sont diffusées par groupe sur France Télévisions ou Radio France notamment. Elle sont réalisées par les équipes des candidats et fournies aux médias qui les diffusent telles quelles.

Le CSA rappelle que les sites internet des partis ou formations qui soutiennent les candidats.

Rappelons enfin les définitions des temps de parole et d’antenne :

Le temps de parole comprend toutes les interventions d’un candidat, sauf si des circonstances exceptionnelles conduisent à ne pas les comptabiliser, ainsi que les interventions de soutien à sa candidature.

Le temps d’antenne comprend le temps de parole d’un candidat, les interventions de soutien à sa candidature et l’ensemble des séquences qui lui sont consacrées, dès lors qu’elles ne lui sont pas explicitement défavorables.

Afin de procéder à la mesure des temps de parole et vérifier son égalité, le CSA vérifie que ces temps sont égaux aussi en fonction des horaires. En effet, il serait incohérent de considérer qu’un candidat dont le temps de parole est mesuré entre 0 et 6h du matin est égal à celui d’un candidat diffusé dans une matinale à la radio ou en « prime time » à la télévision.

Nous publions sur notre baromètre les données des médias au fur et à mesure de leur sortie.