Le handicap est une réalité vécue par 1 français sur 5. Même si, pour la majorité, leur handicap ne se voit pas forcément, ils doivent vivre avec et constater que les candidats à la présidentielle,eux, n’y pensent pas beaucoup.

Pour la majorité des candidats, le handicap est oublié ou à peine abordé. Pour François Fillon, il faut former les parents avant l’arrivée d’un enfant handicapé, pour Marine Le Pen, il faut revaloriser (un peu) l’allocation adulte handicapé (AAH), faciliter leur emploi, améliorer la prise en charge de l’autisme.

Deux candidats sortent du lot :

Nicolas Dupont-Aignan « fait du handicap une priorité »

Il y consacre en tout cas une page pour détailler ses 21 mesures, http://www.debout-la-france.fr/actualite/nos-mesures-pour-les-personnes-en-situation-de-handicap-et-les-aidants-0

  • Garantir l’accessibilité
  • Assurer la formation et le travail des personnes en situation de handicap
  • Allouer de nouvelles ressources aux handicapés
  • Reconnaître la place des aidants
  • Améliorer le fonctionnement des MDPH et de la bureaucratie en général

Jean-Luc Mélenchon est le seul qui a un programme, détaillé, pour les handicapés

Dans un livret de 20 pages, coécrit et piloté par

  • Vincent Assante, rapporteur au conseil économique et social et, lui-même, handicapé
  • Marie-Laure Darrigade, conseillère socio éducative et candidate de la France insoumise aux législative. Elle est atteinte de sclérose en plaques
  • Céline Boussié, lanceuse d’alerte dans le domaine médico-social (IME de Moussaron) que nous avions rencontrée en janvier.

le programme reconnaît à chacun le droit et les moyens d’exister selon la formule de Robespierre.

En posant ce droit comme base, il reconnaît aux handicapés le droit à la citoyenneté et à l’autonomie. Ainsi, un handicapé, quel que soit ce handicap doit avoir le même accès que tous les humains, notamment aux services publics.

Afin d’y arriver, le programme est décliné en huit points :

  1. Prévenir par un suivi médical pendant la grossesse, le respect des réglementations en hygiène et sécurité, renforcer l’indépendance de la médecine du travail et les pouvoirs de l’inspection du travail. Améliorer la sécurité routière.
  2. Droit à l’éducation, formation des enseignants, améliorer l’inclusion, favoriser l’accès à l’enseignement supérieur…
  3. Droit à l’emploi. Déjà prévu par le programme de la FI et inclus dans la constitution, il est universel donc doit être garanti aux handicapés aussi.
  4. Droit à l’accès. La loi de 2005 a été constamment repoussée et/ou modifiée. Il faut imposer les travaux d’accessibilités obligatoires.
  5. Droit à un niveau de vie décent. passer l’AAH au niveau du SMIC et revaloriser les pensions d’invalidité.
  6. Répondre aux besoins quotidiens de l’accompagnement en reconnaissant les métiers de l’accompagnement et la formation adéquate par exemple.
  7. Affronter les situations de vulnérabilité, améliorer la situation des femmes en situation de handicap, débattre de la sexualité et de la parentalité des handicapés.
  8. Droit à la vie politique en rendant les réunions et meetings accessibles, ainsi que l’accès aux fonctions politiques.

Détails du programme :

Livret-JLM-35-hanciap