Il paraît qu’il n’existe pas, pourtant nous l’avons retrouvé ! Le programme Macron est décrypté ici.

Il nous a fallu donner de notre personne pour y accéder. Notamment en adhérant à En Marche, le mouvement politique du candidat auto-proclamé.

Cette adhésion n’a pas apporté grand chose, en une semaine, aucune lettre d’information, aucun courrier invitant à un meeting. Et quand on essaie de se connecter à une sorte d’intranet des adhérents, aucun mot de passe ne fonctionne. Si on en demande un on a une belle erreur 404.

Ce n’est pas bien grave, vu le coût de l’adhésion (0 €). Mais nous avons quand même essayé de lire entre les lignes du programme affiché sur le site. Car, en plus de la promesse d’un programme chiffré pour le 2 mars, Emmanuel Macron nous propose de lire les travaux de ses commissions thématiques. Elles ont donné lieu à 9 textes composés de moins de 10 pages très aérées.

programme Macron

Nous avons choisi le sujet phare pour l’analyser en détail.

Les premières propositions « Travail »

Neuf pages que vous trouverez ici en pdf.

Première constatation, c’est écrit très gros. En blanc sur bleu. Sans images. Sobre, court, percutant, on connaît ça à newsdegauche 🙂

Allons-y pour la revue des propositions travail :

  • Rendre le travail plus simple pour tous
    • Un RSI dysfonctionnel, qu’il faut adosser au régime général pour simplifier la vie des entrepreneurs.
  • Une prime d’activité plus importante
    • Emmanuel Macron propose de donner 50% de prime supplémentaire aux 2.4 millions de foyers qui en bénéficient. Ce qui fera donc 77€ de plus par mois.
    • Coût de cette mesure : 2.1 milliards d’euros financée par … il nous le dira plus tard
    • cette dépense supplémentaire sera pleinement intégrée dans le cadrage budgétaire qu’Emmanuel Macron annoncera dans les prochains jours.

    • S’ajoutant aux allègements de cotisations annoncés, un salarié au SMIC gagnera ainsi  100€ supplémentaires par mois.
  • Car le programme Macron va supprimer les cotisations salariales sur la maladie et le chômage
    • Une mesure simple et efficace financée par … une augmentation de la CSG de 1.75 point, ce qui ne coûtera rien. Enfin, rien à l’employeur. Il ne faudrait pas le pénaliser !
  • Une proposition d’amélioration de la formation, mais complètement vide à part 3 phrases de type « yaka faukon »
  • Un bouclier social :
    • Une fois tous les 5 ans, un salarié pourra démissionner et bénéficier du chômage (une fois par cinq ans pour éviter les abus de ceux qui démissionnent toutes les 5 minutes, évidemment)
    • Un système de bonus / malus pour privilégier les entreprises qui embauchent durablement
    • Plus de souplesse sur le marché du travail pour les entreprises (nous n’avons pas compris exactement cette proposition, ou plutôt, nous pensons l’avoir trop bien comprise)
    • Une protection étendue aux indépendants, artisans, petits commerçants.
  • Un droit à l’erreur pour tous
    • Pour tous : pour les employeurs
    • En bref, le droit de se tromper une fois sans être sanctionné par l’administration
    • Cette proposition permettrait aux employeurs d’être bien moins soumis au stress psychologique.

Conclusion ?

Il faut avouer qu’il n’y a pas grand chose dans ce texte pour aider les travailleurs. Ils ne votent pas à la présidentielle pour gagner 100€ de plus par mois, ils votent pour quelqu’un qui pourrait leur faire changer leurs conditions précaires. En tout cas, ils espèrent…

Mais on le voit, surtout en filigrane, une préparation de nouveaux cadeaux pour les entreprises. Notamment cette phrase qui questionne beaucoup :

Si les entreprises pourront bénéficier de davantage de souplesse sur le marché du travail, les employeurs devront être davantage responsabilisés pour que les salariés puissent plus facilement sortir de la précarité.

 

En bref, on attend le 2 mars avec impatience.

Mise à jour après la publication et la conférence de presse du candidat : le programme de Macron est il de gauche ou de droite

Crédit photo : copie d’écran du site « En marche »