Nous avons suivi pendant deux mois les sondages et les mesures. Aujourd’hui, qui était le plus proche ?

 

Macron

  • Filteris 20.03%
  • Ifop 24.50%
  • Vote 23.86%

Victoire : Ifop avec 0.64 point d’écart

Le Pen

  • Filteris 22.72%
  • Ifop 22.50%
  • Vote 21.43%

Victoire : Ifop avec 1.07 point d’écart

Fillon

  • Filteris 21.57%
  • Ifop 19.50%
  • Vote 19.94%

Victoire : Ifop avec 0.44 point d’écart

Mélenchon

  • Filteris 21.34%
  • Ifop 18.50%
  • Vote 19.62%

Victoire : Ifop avec 1.12 point d’écart

Hamon

  • Filteris 6.68%
  • Ifop 7.00%
  • Vote 6.35%

Victoire : Filteris avec 0.33 point d’écart

Dupont-Aignan

  • Filteris 3.51%
  • Ifop 4.00%
  • Vote 4.73%

Victoire : Ifop avec 0.73 point d’écart

Conclusion

A priori, les sondages ont donc été assez près de la vérité.

Alors que l’analyse du Big data donnait Mélenchon très haut, les sondages l’ont positionné à sa juste valeur. C’est la plus grosse différence avec Fillon.

De fait, dans notre dernière mesure de vendredi, les écarts mesurés étaient le plus fort pour ces deux ainsi que pour Macron que le Big Data positionnait à 4 points de moins que son résultat.

On peut donc en conclure deux points :

  1. Les sondages sont toujours un « instantané à l’instant t » et, plus l’instant t est proche du vote et plus ils sont justes
  2. Les mesures du Big Data sont proches des résultats du vote mais ne donnent pas une évaluation satisfaisante du résultat final. Il sera cependant intéressant d’analyser plus finement les écarts selon les candidats, car ceux qui font le plus de bruit sur les réseaux font bouger les mesures mais pas les votes.