On connaît la méthode des quotas, on connaît moins la méthode Filteris. Celle-ci se base sur les réseaux sociaux pour établir ses estimations.

Retrouvez désormais notre baromètre sondages – mesures – temps d’antenne et parrainage en cliquant ici

Filteris est une entreprise canadienne d’une quinzaine d’années. Son objet est de sonder, d’auditer, de veiller stratégiquement. Son outil principal, ce sont les Filterisréseaux sociaux et le web. Ils ont ainsi développé des outils de mesure dont ils se servent pour déterminer la « vraie » opinion numérique des personnes.

On ne connaît pas vraiment la méthode, secret industriel oblige, mais on sait qu’elle est basée sur l’analyse de la web-réputation. Trouver sur le web et les réseaux sociaux les éléments positifs et les éléments négatifs, compiler et déterminer un score.

C’est ainsi que Filteris a pu établir des sondages aussi justes que peuvent l’être les sondages basés sur la méthode habituelle. Voire plus justes.

Tous nos articles sur Filteris dont le dernier comparatif Filteris-Ifop

Des analyses justes

Ils avaient prédit la victoire du Brexit ou la victoire de Trump en octobre quand tout le monde donnait encore Clinton sans surprise. Des analyses assez justes aussi pour les présidentielles françaises de 2007 et 2012. Ils ont vu la montée de Fillon en octobre 2016 mais hésitaient entre Juppé et Sarkozy au second tour.

En revanche, ils ont un peu cafouillé à la primaire de la gauche. Mettant Valls largement en tête. Sur ce graphique, les 3 mesures Filteris de janvier à gauche et, à droite, le résultat réel final du premier tour :

Filteris

 

Pour la présidentielle, des analyses bien différentes

Depuis fin janvier, Filteris donne régulièrement des sondages sur les scores de nos candidats. En voici le résumé :

Filteris

 

Bien différent des autres baromètres, comme celui de Paris-Match

Filteris

Dans les sondages classiques, côté droit, Marine Le Pen caracole en tête, Macron et Fillon se tiennent. Dans celui de Filteris, Macron dévisse à 19% pendant que Fillon et Le Pen se maintiennent à 21-22%.
Côté gauche, Hamon descend doucement à 14% vers Mélenchon qui grimpe tout aussi doucement à 11.5%. Chez les canadiens, Mélenchon était monté à 18.33% pour finir ces jours-ci à 16.03%. Pendant ce temps, Hamon qui était descendu à 8-9% remonte à 13.38%.

On attend avec impatience la dernière analyse prenant en compte l’annonce de Bayrou, hier.

Alors lesquels croire ?

Chacun a ses partisans. Il semble pourtant difficile de faire une synthèse entre les deux méthodes tellement elles sont différentes.

A newsdegauche, on attend de voir en tout cas. Mais Filteris semble avoir une petite longueur d’avance.

 

Crédit photo : Logo Filteris, site Paris Match